samedi 3 décembre 2016

Marianne de Fleury

J'apprends incidemment le décès, le 27 novembre 2016, de Marianne de Fleury, personnalité charismatique de la Cinémathèque française.
Je rencontrais pour la première fois cette femme étonnante il y a un peu mois d'une trentaine d'années, au gré de mes activités au sein du musée du cinéma Henri Langlois, ce "palais de mémoire" irremplacé qu'il m'arrive encore d'arpenter en songe aujourd'hui.

Elle s'attelait alors à un projet ambitieux, un bel ouvrage en trois tomes finalement édité en 1991 par la Cinémathèque française sous le titre Musée du cinéma Henri Langlois. À sa demande et à celle de Catherine Ficat, responsable à l'époque de la photothèque de la Cinémathèque française, j'effectuais de nombreuses recherches documentaires qui me valurent d'apparaître dans les crédits du livre, deux ans après mon implication effective dans le projet.

On peut le dire aujourd'hui, cet ouvrage devait beaucoup à Marianne de Fleury, qui en fut la maîtresse d'œuvre. Il est dommage que la jaquette de couverture ne lui ait pas rendu cette justice. Je sais qu'elle en fut blessée.


Par la suite, je la rencontrais de temps en temps, mais toujours avec le même plaisir teinté de gratitude et d'amusement. C'est par elle que j'appris la mort du regretté Bertrand Giujuzza, un de ses grands amis.

On peut la réentendre dans une émission de Michel Ciment datée de 2001, qui - coïncidence - vient d'être rediffusée dans les Nuits de France Culture: "De French Cancan à Autant en emporte le vent : Les plus belles robes du cinéma". On y reconnaîtra sa voix rieuse, reconnaissable entre toutes.

À vous revoir en souvenir, chère Marianne de Fleury !

mardi 22 novembre 2016

Histoire du thermalisme, toujours

Le numéro de 2016 de la Presse thermale et climatique vient de paraître. On y trouve les Actes de la journée d'étude de Châtel-Guyon, que j'avais eu le plaisir de coordonner le 10 mai 2016 avec le soutien de Pascale Jeambrun et du regretté Jean-Baptiste Chareyras, décédé il y a quelques semaines.

Au sommaire :

- T. Lefebvre (Université Paris Diderot) : "Un après-midi d'étude sur l'histoire du thermalisme" (p. 11);
- Carole Carribon (Université Bordeaux Montaigne), "La Presse thermale et climatique au XXe siècle, panorama historique d'une revue spécialisée" (p. 13-25);
- Pascale Jeambrun, Denis Hours, Jean-Baptiste Chareyras (Société française de médecine thermale), "La Presse thermale et climatique de 2000 à 2015" (p. 27-31);
- Cécile Raynal (Société d'histoire de la pharmacie), "Les relations entre le thermalisme et l'industrie pharmaceutique perçues à travers la Presse thermale et climatique (1858-2015)" (p. 33-44);
- Vincent Flauraud (Université Clermont Auvergne), "Écritures de voyage et localités thermales d'Auvergne dans les années 1820-1830" (p. 47-59);
- Fabienne Gélin (Fonds patrimoniaux de la bibliothèque Valery Larbaud), "Le Centre international de ressources sur le patrimoine thermal à Vichy: genèse et perspectives" (p. 61-69);
- Julien Knebusch (Université de Fribourg), "À la recherche d'une humanité supérieure. Henri Cazalis/Jean Lahor: médecin thermal et poète" (p. 71-81);
- Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot): "Une émission de la Radio scolaire sur le thermalisme en 1964" (p. 83-91);
- Fortunade Daviet-Noual (Université Paris IV-Sorbonne): "Maupassant romancier et curiste, notamment à Châtel-Guyon" (p. 93-98).

On peut se procurer ce numéro (comme celui de l'année 2015, qui contenait les Actes de la journée d'étude de Paris de décembre 2014) sur le site de la Société française de médecine thermale.

lundi 14 novembre 2016

Radios libres, 30 ans de FM : le livre !

Les 20 et 21 mai 2011, le Groupe de recherche et d'étude sur la radio (GRER) organisait un colloque pour les trente ans des radios libres à l'Université Paris Diderot.
Les Actes de cette rencontre particulièrement riche viennent de paraître dans la collection "Les médias en acte", co-pilotée par L'Harmattan et Ina Éditions.
Tout vient à point à qui sait attendre!

Voici la référence de l'ouvrage :
Thierry Lefebvre, Sébastien Poulain (dir.), Radios libres, 30 ans de FM. La parole libérée?, Paris, L'Harmattan/Ina Éditions, 2016, 286 p.
Les commandes se font ICI.


Merci aux auteurs : Frédéric Antoine, Foued Berahou, Isabelle Cadière, Jean-Jacques Cheval, Étienne Damome, Raffaelo Ares Doro, Jacques Durand, Ingrid Haye, Thierry Lefebvre, Peter Lewis, Marcello Lorrai, Sébastien Poulain, Carmen Peñafiel, Pascal Ricaud et Guy Starkey.

L'actualité de cet ouvrage est à suivre sur le blog :
https://lesradioslibres.wordpress.com/

samedi 12 novembre 2016

Hommage à Alain Decaux

Vendredi 11 novembre 2016, le festival du film de Compiègne a rendu hommage à Alain Decaux, en présence de Micheline Pelletier-Decaux, de l'historien Marc Ferro, invité d'honneur du festival, et de Béatrice de Pastre, qui avait encadré le choix des extraits d'émissions diffusés.

Quatre interventions se succédèrent :
- "La Tribune de l'Histoire", par Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot);
- "La Caméra explore l'Histoire", par Laurent Véray (Université Sorbonne Nouvelle);
- "La Caméra explore l'avenir", par Guillaume Soulez (Université Sorbonne Nouvelle);
- "Les Voyageurs de l'Histoire", par Sébastien Layerle (Université Sorbonne Nouvelle).



L'après-midi, nous nous retrouvâmes dans la clairière de l'Armistice de Rethondes pour une belle cérémonie ensoleillée. Marc Ferro, décidément inépuisable, y fit une intervention très remarquée.

mercredi 19 octobre 2016

La radio en 1986

Comme en 2014 (L'Année radiophonique 1984) et 2015 (L'Année radiophonique 1985), j'ai eu le plaisir de coordonner un nouveau numéro des Cahiers d'histoire de la radiodiffusion (numéro 129, juillet-septembre 2016) consacré cette fois-ci à "L'Année radiophonique 1986".


Au sommaire:
Thierry Lefebvre: "Présentation";
Philippe Manach: "1986, l'aube de la syndication pour les programmes locaux de Radio France" ;
Jean-Noël Jeanneney: "Je suis parti l'esprit serein" (entretien avec Philippe Manach);
Marine Beccarelli: "Les auditeurs et le retour de l'émission “Allô Macha” en 1986";
Thierry Lefebvre: "En direct de Télédiffusion de France";
Françoise d'Eaubonne: "Radio Mouvance, c'était la liberté de l'idée et de l'expression" (entretien avec Thierry Lefebvre);
Thierry Lefebvre: "1986 : le retour de Carbone 14";
Sébastien Poulain: "La “55 000” ou l'avènement de la radiométrie moderne";
Jean-Noël Jeanneney: "Préface à l'inventaire de mes archives de Radio France et RFI";
Thierry Lefebvre: "1986 : essai de chronologie radiophonique".
Le dossier est complété par une partie magazine coordonnée par Jocelyne Tournet-Lammer.

Comme on peut le constater, ce numéro "millésime", comme les précédents, est composé d'une série de gros plans impressionnistes sur des événements considérés, à tort ou à raison, comme significatifs: la syndication des programmes locaux de Radio France, la relance de l'émission culte de Macha Béranger, la reprise éphémère des émissions de Carbone 14, la sixième et dernière saisie de Radio Mouvance, ou encore la naissance de l'enquête "55.000" de Médiamétrie.
Deux entretiens complètent cet ensemble. L'un avec Jean-Noël Jeanneney, qui précise les conditions de son départ de la présidence de Radio France/RFI à la fin 1986 et en pointe les responsabilités. L'autre, réalisé en 2002 avec la regrettée Françoise d'Eaubonne, auteure (entre autres) de Comme un vol de gerfauts (1947) et du Féminisme ou la mort (1974): elle y évoque son expérience de "radioteuse" au service d'une des radios locales privées les plus controversées des années quatre-vingt : Radio Mouvance.

À noter qu'un de mes articles - "En direct de Télédiffusion de France"- raconte l'occupation pacifique du bureau de Claude Contamine, alors président de Télédiffusion de France (TDF), le 17 juillet 1986. Ce moment d'anthologie est retracé à l'aide d'un document audio miraculeusement conservé, de documents d'archive et... de mes propres souvenirs (puisque je m'y trouvais!). On y constatera, entre autres, que le Minitel a préfiguré Twitter et Periscope.
L'article est en accès libre sur le blog du GRER: Radiography.

Pour se procurer ce numéro, voici le contact: http://cohira.fr/

samedi 8 octobre 2016

Une exposition sur le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi

Dans le cadre de la Fête de la Science se tiendra, du mercredi 12 au samedi 15 octobre 2016 (9h-17h), dans le grand hall des Grands Moulins de l'Université Paris Diderot, une exposition conçue par Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, avec le concours du service communication de l'université Paris Diderot (remerciements en particulier à Arnaud Fullenwarth!) et des archives municipales de Marly-le-Roi (remerciements à Rudy Mahut!).

Son titre : "Le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi".
Les informations se trouvent ICI.

Installation le 11 octobre 2016.
Photo : T. Lefebvre.

Présentation: "L'Éducation nationale fut et demeure un incubateur d'établissements scolaires innovants. C'est ainsi qu'il y a un demi-siècle s'ouvrait à Marly-le-Roi (Yvelines) une des réalisations les plus ambitieuses des Trente Glorieuses, - un collège expérimental, fondé sur le plein emploi des techniques audiovisuelles: architecture révolutionnaire, salles de cours câblées et studio de télévision intégré. Retour sur cette innovation toujours pleine d'enseignement !
L'exposition se propose de retracer cette innovation majeure, à partir d'une documentation en grande partie inédite, d'interviews et d'une iconographie provenant de collections privées et des archives municipales de Marly-le-Roi."

Cette exposition est appelée à tourner et un ouvrage sur le sujet, signé par Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, paraîtra dans le courant de l'année prochaine.

Panneau d'ouverture
réalisé par Arnaud Fullenwarth.

mercredi 29 juin 2016

On parle de "Médicaments, polémiques et vieilles querelles"

Le livre Médicaments, polémiques et vieilles querelles a été évoqué la semaine dernière dans "La Marche des sciences" (France Culture, 16 juin 2016), à l'occasion d'une émission consacrée aux débuts de la vaccination (intervenants: Jean-Baptiste Fressoz et Thierry Lefebvre).
Profitons-en pour saluer Aurélie Luneau qui, le jeudi 30 juin 2016, arrêtera définitivement son émission hebdomadaire après cinq années de bons et loyaux services. Aurélie animera, à partir de septembre 2016, une émission sur l'environnement (le dimanche à 16h).

Aurélie Luneau et le comédien Régis Royer 
(studio 158 de la Maison de la Radio).
Photo : Thierry Lefebvre.

Quelques bonnes pages de Médicaments, polémiques et vieilles querelles sont également reproduites dans le nouveau numéro de Pour la science (n° 465, juillet 2016), désormais en kiosque.
Titre de l'article, signé par Thierry Lefebvre et Cécile Raynal: "Cannabis thérapeutique: le retour en grâce".


Présentation: "Serions-nous amnésiques? Le chanvre indien a figuré dans La Pharmacopée française de 1966 à 1953. Et il semble avoir été fort prisé par les médecins à l'époque, comme le montre l'histoire de son utilisation thérapeutique, extraite du livre Médicaments, polémiques et vieilles querelles (Belin)."

À noter également une interview réalisée par Soline Roy dans Le Figaro daté du 4 juillet 2016 (page 13). Son titre: "Information médicale: “Le risque de fausses alertes est plus grand qu'avant.”"

Sur un tout autre sujet, signalons enfin une participation à l'ouvrage collectif dirigé par Anne Quillien: Lumineuses projections! (Munaé/Canopé, 2016). Il accompagne l'exposition homonyme, qui se tient au Musée national de l'éducation (Rouen) du 23 avril 2016 au 31 janvier 2017.
Référence de l'article: Thierry Lefebvre, "Le film fixe ou la démocratisation des projections lumineuses" (p. 87-93).

vendredi 10 juin 2016

Les Nuits de la pleine lune

Hiver 1983 : une brasserie aujourd'hui disparue de la place Saint-Michel.
Une nuit de tournage pas comme les autres, les yeux grands ouverts.
Le souvenir reste très vivace, quoique flouté par le temps.
Éric Rohmer (1920-2010) et Pascale Ogier (1958-1984) discutent devant le comptoir. Je les prends en photo dans le reflet de la glace, elle avec son bandeau dans les cheveux, Rohmer les bras croisés comme très souvent.
Non loin de moi, Fabrice Luchini prend un café.

Photo : T. Lefebvre.

mercredi 1 juin 2016

Premiers essais de la Grande Cascade d'Olafur Eliasson

Ce mercredi 1er juin 2016, en fin d'après-midi, ont été menés les premiers essais de la grande cascade de 40 mètres de haut, imaginée par Olafur Eliasson pour le Grand Canal du domaine de Versailles. Nous en avons relaté le montage ici.

Photo : T. Lefebvre.

C'est un succès, comme on peut le constater (malgré le temps plus que maussade) !
L'équipe d'installation retournera en Allemagne vendredi.
Bravo à elle !

Photo : T. Lefebvre.

Inauguration le 6 juin et début de l'exposition le 7.


PS (début novembre 2016) :
Le jour de la Toussaint 2016 a été marqué par le début du démontage de la Grande Cascade installée par Olafur Eliasson dans le Grand Canal de Versailles.

Retour de la plate-forme au sol.
Photo : T. Lefebvre.

Toutes les installations seront désinstallées d'ici la fin de la semaine...

vendredi 27 mai 2016

Un livre sur la pharmacie et son histoire

Parution le 10 juin 2016 d'un nouvel ouvrage :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Médicaments, polémiques et vieilles querelles, Paris, Belin, 2016.
(Sous-titre : Débats et affaires : 15 récits pour mieux comprendre).


Quatrième de couverture :
"“Cannabis”, “Conflit d'intérêts”, “Déremboursement”, “Dopage”, “Homéopathie”, “Lanceur d'alerte”, "Rupture de stock”... Le quotidien du médicament semble rythmé par des débats à n'en plus finir et des scandales retentissants... Des maux typiques de notre époque? Voire... Savez-vous que le chanvre indien a déjà figuré dans la pharmacopée française (jusqu'en 1953)? Que l'aspirine a été un médicament générique dès la Première Guerre mondiale? Que la défiance d'une partie de la population vis-à-vis de la vaccination a toujours existé? Ou encore que l'homéopathie est contestée par les autorités médicales depuis... la fin du XVIIIe siècle!
C'est à un coup d'œil curieux dans le rétroviseur, déconnecté de l'actualité chaude et addictive, que nous invitent Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, spécialistes de l'histoire de la pharmacie. En 15 récits concis [...], ils nous plongent aux sources de la discipline et nous invitent à relativiser certains jugements à l'emporte-pièce. Non, tout ne va pas aussi mal qu'on veut bien le dire dans l'univers impitoyable du médicament! Ce que nous enseignent ces histoires, c'est que la fabrication, la dispensation et la démocratisation du médicament sont globalement sur la bonne voie, même si cette marche en avant ne s'accomplit pas sans heurts."

Plus d'informations sur le site de Belin.

Le numéro n° 465 de juillet 2016 de Pour la Science publiera des bonnes pages de l'ouvrage.

Et toujours Villes d'eaux d'Île-de-France, paru il y a quelques jours.
Rappel : l'article "Pour Kapoor" vient de paraître dans Sociétés & Représentations.

D'autres surprises à la rentrée...

jeudi 19 mai 2016

Olafur Eliasson s'empare du Grand Canal de Versailles

Après Anish Kapoor (juin-novembre 2015), c'est au tour de l'artiste contemporain danois Olafur Eliasson de s'emparer du domaine du château de Versailles.

Son installation la plus monumentale se situera dans le Grand Canal et consistera en une cascade de 40 mètres de haut, visible depuis le château et prévue pour se parer des couleurs de l'arc en ciel en fonction de l'incidence des rayons du soleil.
Les travaux d'installation, supervisés par la société suisse Adunic, ont débuté depuis quelques jours et, comme l'an dernier, nous nous efforçons de suivre, en fonction de nos disponibilités, l'avancée de ce chantier exceptionnel.

La grue. 
Photo : T. Lefebvre.

Depuis le 17 mai 2016, une immense grue Liebherr LTM 1300-6.2 de 117 mètres de haut et de plus de 300 tonnes est installée sur la ceinture méridionale du Grand Canal, dans le prolongement de l'allée des Matelots et à côté de la grille dite "de la Ménagerie".
La cascade se matérialisera dans le Grand Canal, au centre d'un axe imaginaire reliant les grilles de la Ménagerie et de la Petite Venise. À cet endroit précis, la profondeur de l'eau est de 2 mètres.
Pour l'heure, les fondations de cet imposant édifice sont en cours, avec l'intervention efficace de deux plongeurs et d'un scaphandrier de la société allemande Aqua-Nautik GmbH.

Un sympathique scaphandrier.
Photo : T. Lefebvre.

Ajustement d'une dalle de béton de 2 tonnes 
au fond du canal (au centimètre près !).
Photo : T. Lefebvre.

Succès de l'opération.
Photo : T. Lefebvre.

La nacelle de 8 tonnes a été assemblée par une équipe fort sympathique de la société Stehle GmbH. Elle servira de support au réservoir et sera hissée au sommet de l'édifice.
Ces experts vont désormais monter la tour (en pratique, dix sections Liebherr superposées de 4,14 mètres de hauteur et 2400 kg chacune), du haut de laquelle sera déversée, depuis le réservoir, l'eau pompée dans le Grand Canal proprement dit.

Vendredi 20 mai 2016 : le montage de la grande cascade d'Olafur Eliasson se poursuit à Versailles.

Assemblage de deux segments de 4,14 mètres
à l'aide de la grue de 117 mètres.
Les techniciens de Stehle à la manœuvre.
Photo : T. Lefebvre.

Pose du dixième et dernier segment.
Photo : T. Lefebvre.


Samedi 21 mai 2016 : les 8 canalisations de 36 mètres, la nacelle de 8 tonnes et le réservoir/déversoir sont installés.


Samedi 21 mai : mise en place de la nacelle et du réservoir.
Photo : T. Lefebvre.

Mercredi 1er juin 2016 : premiers essais de la Grande Cascade, qui fonctionne parfaitement!
Voir également ici.

1er juin : premiers essais.
Photo : T. Lefebvre.

À noter la parution, dans les prochains jours, d'un texte sur le travail d'Anish Kapoor à Versailles, l'an dernier (en particulier Dirty Corner) :
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

Voir le sommaire de ce numéro de Sociétés & Représentations ici.
Cet article, accompagné d'illustrations inédites aimablement fournies par Anish Kapoor, sera disponible sur le site de Cairn dans quelques jours.

dimanche 15 mai 2016

Un livre sur le thermalisme francilien

Parution dans quelques jours d'un nouvel ouvrage :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Villes d'eaux d'Île-de-France, Paris, Glyphe, 2016.
(Sous-titre : Dictionnaire historique des sources d'Île-de-France utilisées à des fins thérapeutiques, hygiéniques ou salutaires).


Quatrième de couverture :
"Le XIXe siècle et le début du XXe furent le théâtre d'une véritable “ruée vers l'eau”. Plusieurs régions riches en patrimoine sourcier profitèrent de cet engouement: l'Auvergne, les Pyrénées, etc.
Moins généreusement dotée, l'Île-de-France ne bénéficia pas, ou trop peu, de cette dynamique nationale. De nos jours, hormis l'établissement thermal d'Enghien-les-Bains et quelques eaux de source embouteillées à Brignancourt, Chelles, Franconville et Saint-Lambert-des-Bois, les traces de cette époque entreprenante sont modestes.
Pourtant, les initiatives furent nombreuses. Des sources franciliennes furent exploitées pour leurs vertus bienfaisantes alléguées, sous forme de bains ou sous forme de boissons consommées directement au griffon ou embouteillées, parfois même dans le cadre de rituels de dévotions."

Figurent dans ce dictionnaire illustré 60 localités franciliennes et un peu moins d'une centaine de sources: Seine-et-Marne (18), Yvelines (17), Val-d'Oise (13), Essonne (5), Hauts-de-Seine (4), Val-de-Marne (4) et Seine-Saint-Denis (2).
14 sources parisiennes sont également recensées.
Communes citées :
Aincourt, Alfortville, Amillis, Athis-Mons, Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Barcy, Beaumont-sur-Oise, Béton-Bazoches, Blaru, Boulogne-Billancourt, Brignancourt, Briis-sous-Forges,Cernay, Charenton, Châtelet-en-Brie, Chaville, Chelles, Chevreuse, Clichy-sous-Bois, Compans, Couilly-Pont-aux-Dames, Crégy-lès-Meaux, Crouy-sur-Ourcq, Enghien-les-Bains, Fontainebleau, Forges-les-Bains, Franconville, Gonesse, Hédouville, Ivry-sur-Seine, Juvisy-sur-Orge, Lesches, Livry-Gargan, Merlange, Méry-sur-Oise, Meudon, Montigny-le-Bretonneux, Montigny-lès-Cormeilles, Montlignon, Les Mureaux, Neymoutiers-en-Brie, Orgeval, Paris (3e, 5e, 9e, 11e, 12e, 13e, 15e, 16e, 17e, 18e et 19e arrondissements), Le Pecq, Poissy, Pomponne, Provins, Puteaux, Saint-Arnoult-en-Yvelines, Saint-Augustin, Saint-Clair-sur-Epte, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-Laval, Saint-Lambert-des-Bois, Saint-Leu-la-Forêt, Saint-Loup-de-Naud, Saint-Witz, Senlisse, Thieux, Versailles, Le Vésinet, Ville-d'Avray, Villemareuil, Villeneuve-Saint-Georges, Villepreux, Viroflay et Viry-Châtillon.

Présentation et bulletin de commande sur le site des Éditions Glyphe : ici.

samedi 14 mai 2016

De Châtel-Guyon à Eugénie-les-Bains

Sympathique journée d'étude à Châtel-Guyon sous un ciel bienveillant et - ô bonheur ! - dans la salle Alexandre Vialatte du centre de la Mouniaude.
Merci aux intervenants - Carole Carribon, Vincent Flauraud, Fabienne Gélin, Pascale Jeambrun, Julien Knebusch et Cécile Raynal -, ainsi qu'au public très stimulant venu parfois de loin (Clermont-Ferrand, Néris, Bourbon-l'Archambault, Bourbon-Lancy, etc.).

Intervention de Carole Carribon. 
Photo : T. Lefebvre.

Merci à la Société française de médecine thermale, et tout particulièrement à Jean-Baptiste Chareyras et Pascale Jeambrun pour leur aide précieuse et leur bienveillance.
Merci à Danielle Faure-Imbert et à la mairie de Châtel-Guyon pour l'accueil et l'aide logistique.
Les Actes de cette journée seront publiés en fin d'année dans La Presse thermale et climatique.

Merci également à Jean Imbert pour nous avoir fait découvrir les trésors de cette belle ville thermale qui disposera, dans deux ans, d'un tout nouvel établissement d'avant-garde.

Le somptueux ancien établissement thermal (hall). 
Photo : T. Lefebvre.

La semaine s'est poursuivie à Eugénie-les-Bains dans le cadre d'un projet mené avec Cécile Raynal. Nous en reparlerons en octobre prochain.

La Vénus d'Eugénie-les-Bains.
Photo : T. Lefebvre.

Sur le même thème, signalons la parution dans les prochains jours d'un nouvel ouvrage : 
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Villes d'eaux d'Île-de-France, Paris, Glyphe, 2016. 
En voici déjà la couverture...

samedi 2 avril 2016

Journée d'étude à Châtel-Guyon

L’HISTOIRE DU THERMALISME ET SES RESSOURCES

Une après-midi d'étude organisée par Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot),
avec le soutien de la Société française de médecine thermale
et de la mairie de Châtel-Guyon
  
Mardi 10 mai 2016 (14h-18h)
Centre culturel de la Mouniaude
Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme)

Cette après-midi d’étude fait suite à une précédente, organisée le 12 décembre 2014 au siège de l’université Paris Descartes par Thierry Lefebvre (Cerilac, Université Paris Diderot) et Jean-François Vincent (Bibliothèque interuniversitaire de santé). Elle se fixe le même objectif : continuer à brosser un panorama historique de la littérature thermale (prise ici dans son acception la plus large).
Archivistes, chercheurs et érudits se retrouveront donc cette fois-ci à Châtel-Guyon, ville thermale au riche patrimoine, qui servit de modèle à Mont-Oriol (1887) de Guy de Maupassant.
Dans la matinée, une visite commentée de l’établissement thermal et du théâtre (récemment restauré) sera proposée par le Dr Jean Imbert. 

Restauration du théâtre de Châtel-Guyon en 2014.
Photo : T. Lefebvre.

PROGRAMME

14h : Ouverture : Danielle Faure-Imbert (premier adjoint en charge du thermalisme, du tourisme et de la vie économique, mairie de Châtel-Guyon, PDG de la société d’économie mixte des thermes de Châtel-Guyon); Jean-Baptiste Chareyras (Société française de médecine thermale); Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot)
14h15 : Carole Carribon (Université Bordeaux 3) : « La Presse thermale et climatique (1940-fin du XXe siècle) »
14h45 : Pascale Jeambrun (Société française de médecine thermale) : « La Presse thermale et climatique depuis 2000 »
15h15 : Cécile Raynal (Société d’histoire de la pharmacie) : « Relations entre thermalisme et industrie pharmaceutique à travers la Presse thermale et climatique »
15h45 : Pause
16h : Vincent Flauraud (Université de Clermont-Ferrand) : « Localités thermales d’Auvergne et écriture du voyage dans les années 1820-1830 »
16h30 : Fabienne Gélin (Fonds patrimoniaux de la médiathèque Valery-Larbaud, Vichy) : « Le Centre international de ressources sur le patrimoine thermal à Vichy : genèse et perspectives »
17h : Julien Knebusch (Université de Fribourg) : « Henri Cazalis/Jean Lahor : médecin thermal et poète »
17h30 : Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot) : « Le thermalisme en milieu scolaire : une émission radiophonique des années 1960 et ses documents imprimés associés »
18h : Conclusion

La Montagne, 27 avril 2016.
Signalé par Jean-Baptiste Chareyras.

mardi 29 mars 2016

À propos de Lempicka

Le Dr Pierre Boucard fut un des grands mécènes de Tamara de Lempicka. Il lui commanda en particulier les tableaux suivants : Portrait du Dr Boucard (1928), Portrait d'Arlette Boucard (1928), Portrait de Madame Boucard (1931) et Arlette Boucard aux arums (1931).
Pour en savoir plus sur ce médecin et son immense fortune, nous vous renvoyons au texte de Cécile Raynal et Thierry Lefebvre, "Le laboratoire du Lactéol du Dr Boucard", à paraître dans le nouveau numéro de la Revue d'histoire de la pharmacie, n° 389, mars 2016.

À signaler également la sortie prochaine de plusieurs ouvrages.

samedi 16 janvier 2016

Science en ciné-concert

Ce vendredi 15 janvier 2015, avec Laurent Mannoni, nous avons présenté à la Cinémathèque française quelques raretés des débuts du cinéma scientifique : chronophotographies d'Étienne-Jules Marey, films à l'ultra-ralenti de Pierre Noguès, Maniement de la table opératoire du Dr Eugène-Louis Doyen (1898) (un "must" que nous avions déjà présenté ici), plusieurs films du Dr Jean Comandon (Cinématographie radioscopique, Germination du pollen, tous deux de 1911), Les Échinodermes (1912) et Le Fourmilion (1913) qui lui semblent également imputables, au moins en partie, Les Orchidées (Éclair-Scientia, 1913) et une curiosité de la National Motion Pictures Co, Fly Danger (vers 1916).

Le premier film du Dr Doyen : 
le chirurgien, son assistant et une étonnante cobaye.
Coll. Cinémathèque française.

Ces projections étaient accompagnées par l'excellent batteur-percussionniste Joël Grare, qui a réussi une belle performance dans une salle quasi comble.

mercredi 2 décembre 2015

La littérature thermale dans tous ses états

Avec Jean-François Vincent, nous avions organisé, le 12 décembre 2014, au siège de l'Université Paris Descartes, un après-midi d'étude sur la littérature thermale qui avait reçu un très bon accueil.
Les actes de cette rencontre viennent d'être publiés dans la Presse thermale et climatique, revue de la Société française de médecine thermale.

Au sommaire :

- T. Lefebvre (Université Paris Diderot) et J.-F. Vincent (Bibliothèque interuniversitaire de santé), "Un après-midi d'étude sur la littérature thermale organisé par la Bibliothèque interuniversitaire de santé et l'Université Paris Diderot" (p. 7);
- Carole Carribon (Université Bordeaux Montaigne), "De la Gazette des eaux à la Presse thermale et climatique : un exemple de presse thermale (1858-1940)" (p. 9-24);
- J.-F. Vincent, "La littérature thermale d'après les collections imprimées de la BIU Santé" (p. 25-38);
- Jérôme Van Wijland (Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine) : "Eaux minérales et thermalisme à l'Académie de médecine" (p. 39-47);
- Christophe Da Silva (Bibliothèque nationale de France), "La littérature thermale dans la bibliothèque numérique Gallica" (p. 51-60);
- T. Lefebvre, "Les médecins thermaux prennent la plume. L'exemple de Royat" (p. 61-68).

Viennent se greffer à ce dossier deux contributions intéressantes, de deux auditeurs présents durant l'après-midi d'étude de décembre 2014 : Jean-Baptiste Chareyras ("Bibliographie des publications se rapportant à Châtel-Guyon ou citant les eaux et traitements de la station", p. 71-76) et Fortunade Daviet-Noual ("Alphonse Daudet, écrivain et curiste", p. 77-83").

On peut se procurer ce numéro "collector" sur le site de la Société française de médecine thermale.


Par ailleurs, avec Cécile Raynal, et grâce à l'obligeance des éditions Lacour-Ollé, nous poursuivons nos rééditions d'anciennes brochures thermales. Les 7e et 8e viennent de sortir: Bains-salins de Besançon-la-Moullière et Escale thermale à Évian (à propos d'une étape du Voyage d'études médicales de 1901).

Rappel des titres réédités à jour :
Notice sur les étuves romaines de Plombières (Vosges),
Saint-Pé-d'Ardet et ses environs,
La Parfaite Eau de table,
Vichy - Guide rose à l'usage des touristes et des buveurs d'eau,
Thermes salins de Biarritz,
Bains-salins de Besançon-la-Mouillère,
Escale thermale à Évian.

Toutes ces modestes rééditions sont précédées d'une courte étude permettant de les contextualiser.

 

On peut se procurer ces ouvrages sur le site des éditions Lacour-Ollé.

samedi 28 novembre 2015

La pensée dripping


Passage Saint-Pierre Amelot.
39e trace de l'abjection.

L'actualité innommable de cette année 2015 nous condamne à espérer des jours meilleurs, sans cependant trop y croire.

Que dire d'autre ?

À quoi bon commenter en permanence les événements, comme adore le faire le vulgum pecus dont les politiques et les universitaires constituent le gratin surprotégé ? Il y a trop d'"experts" de tout et de rien, qui défilent devant la pointeuse des médias, des séminaires ou du web-à-l'égout ! Trop de propos de comptoir présentés comme des soi-disant productions de l'esprit, alors qu'ils ne sont que le reflet des croyances des uns et des autres ! Trop de "jus de cerveau" qui nous colle à la peau et nous rend chaque jour de plus en plus méconnaissables à nous-mêmes !

Une seule chose est sûre, nos plaies ne sont pas prêtes de se refermer...

jeudi 12 novembre 2015

Désinstallation

L'exposition "Kapoor Versailles" est terminée depuis une dizaine de jours. Elle était temporaire, aussi la cuve en béton armé de Descension est maintenant en cours de destruction, comme on peut le constater ci-dessous.

Destruction en cours de Descension
Au premier plan, installation pour le drainage du sol.
Au second plan, la cuve en béton armé.
À l'arrière-plan le Grand Canal.
Photo : T. Lefebvre.

Le démontage de C-Curve s'est déroulé dès le 2 novembre 2015 (voir ici).
Celui de Sectional Body preparing for Monadic Singularity a eu lieu le 4 novembre 2015.

En revanche, Dirty Corner est toujours en cours de démontage...
À terme, plus d'une centaine de pièces métalliques - de 100 à plus de 400 kilogrammes pour certaines ! - auront été manipulées par l'équipe experte de Mtec. 
Tous les nombreux rochers de l'installation (10 à 20 tonnes chacun!) ont d'ores et déjà rejoint le Kapoor Studio à Londres.

Section 110 de Dirty Corner. Poids : 300 kilogrammes.
Photo : T. Lefebvre.

État de la désinstallation au 11 novembre 2015.
Photo : T. Lefebvre.


Post-scriptum : Le vendredi 13 en fin d'après-midi, Dirty Corner était entièrement démonté. L'équipe de Mtec s'apprêtait donc à rentrer en Angleterre.
Seul reste à Versailles le Sky Mirror, pour quelques jours encore. Il sera démonté le mercredi 25 novembre en soirée.


PS : Extraction de l'antépénultième élément (13 novembre 2015).
Photo : T. Lefebvre.


Début de la restauration du Tapis vert.
Photo : T. Lefebvre.

Post-scriptum (juin 2016) : À lire sur Cairn : 
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

mercredi 11 novembre 2015

Tête de déterrée

Le site de l'Institut national de l'audiovisuel (ina.fr) a mis en ligne, il y a trois ou quatre ans, quatorze saynètes publicitaires produites pour les pilules Pink et diffusées probablement en 1939 sur Radio Nîmes.

Rappelons que les "pilules Pink pour personnes pâles", à base de sulfate ferreux, étaient commercialisées avec grand succès dans de nombreux pays dès la fin du XIXe siècle.

Voici un exemple de saynète...


Source : www.ina.fr

Dans le dernier numéro de la Revue d'histoire de la pharmacie, nous tentons une brève analyse de cette série, en tenant compte des prescriptions des manuels de publicité et de l'état de la réglementation de l'époque.

Référence : T. Lefebvre, "La fin d'une époque. Quatorze saynètes radiophoniques pour le compte des pilules Pink", Revue d'histoire de la pharmacie, n° 388, 4e trimestre 2015, p. 391-398.
Contact : http://www.shp-asso.org/index.php?PAGE=contact

lundi 9 novembre 2015

L'année radiophonique 1985

Comme l'an dernier, j'ai eu le plaisir de coordonner le numéro "millésime" des Cahiers d'histoire de la radiodiffusion : il s'agissait cette fois-ci de "L'année radiophonique 1985" (CHR, n° 125, juillet-septembre 2015).

Au sommaire : Radio Monte-Carlo, la Sofirad, les trente ans de l'émission "Répliques" et des "Nuits de France Culture", Saturnin Pojarski et son feuilleton "Les Oiseaux de la nuit", NRJ et l'agence DBO, Georges Wolinski ; sans oublier la défunte Fréquence Libre à laquelle est consacrée une monographie.


Avec les contributions de Marine Beccarelli, Alain Dubois (alias Saturnin Pojarski) et Philippe Manach.  Et des entretiens avec Yves Daudu (ancien directeur de Fréquence Libre), Alain Finkielkraut (producteur de l'émission "Répliques"), Jean-Pierre Hoss (ancien directeur général de Radio Monte-Carlo et actuel médiateur de la région Île-de-France), Michel Orlandini (co-fondateur de l'agence De Bonneville Orlandini, DBO) et Gérard Unger (ancien président de la Sofirad et actuel président-directeur général de Métrobus).

Merci à tous, ainsi qu'à Jocelyne Tournet-Lammer !

Deux hommages à des personnalités marquantes du Comité d'histoire de la radiodiffusion, récemment décédées, complètent cet ensemble : Jacques Durand (1928-2015), qui n'a malheureusement pas pu mener à terme son dernier article prévu pour ce numéro, et Robert Prot (1928-2015), co-fondateur du Comité et ancien secrétaire général de la Commission consultative des radios locales privées.
Agnès de Lens et Aline Lefevre présentent, quant à elles, les archives d'Albert Simon (1920-2013), aujourd'hui déposées aux Archives écrites de l'Ina.

Ce numéro peut être commandé sur le site du Comité d'histoire de la radiodiffusion: http://cohira.fr/contactez-nous/

mardi 3 novembre 2015

Le "C-Curve" d'Anish Kapoor retourne en Grande-Bretagne

Chef-d'œuvre de la catoptrique imaginé par Anish Kapoor en 2007, le C-Curve a enchanté les visiteurs des jardins du château de Versailles pendant cinq mois.
Installée symboliquement en contrebas de la galerie des Glaces, cette œuvre monumentale en acier inoxydable, de 7,70 mètres de long et 2,20 mètres de haut, avait été fixée le 27 mai 2015 sur un socle de béton, par une équipe aguerrie de Mtec, entreprise britannique spécialisée dans la manipulation, l'installation et le transport des œuvres d'art.

Caisse de transport d'un demi-miroir (fin mai 2015).
Photo : T. Lefebvre.

Le dispositif, composé en pratique de deux demi-miroirs concaves/convexes, a été démonté hier après-midi par la même équipe, avec un luxe inouï de précaution. Solidement fixés sur le béton à l'aide de rivets spéciaux qu'il a fallu scier, les deux éléments ont été ensuite désolidarisés l'un de l'autre, puis déposés, au moyen d'un camion-grue, dans deux caisses spécialement conçues pour leur transport.

L'équipe de Mtec étaye un des demi-miroirs avant de le désolidariser du second.
Photo : T. Lefebvre.

Un des demi-miroirs a été précautionneusement déposé dans sa caisse de transport.
Photo : T. Lefebvre.

Chapeau les artistes ! En espérant vous revoir un jour en France !

Post-scriptum (juin 2016) : À lire sur Cairn : 
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

samedi 10 octobre 2015

On remballe !

L'exposition était éphémère, nous l'avions dit. Elle n'a duré que le temps de la Fête de la Science 2015, aux Grands Moulins de l'Université Paris Diderot.
"Les Solariums du Dr Jean Saidman" ont désormais rejoint les cartons, en attendant d'autres occasions futures.

Merci à toutes celles et tous ceux qui l'ont visitée !

Montage (6 octobre 2015).

Dernières visites avant démontage (9 octobre 2015).

mercredi 30 septembre 2015

La publicité, c'est pas automatique !

C'était le 17 novembre 2014. On m'avait demandé d'intervenir à la Sorbonne dans le cadre d'une journée d'étude sur "Les antibiotiques dans les médias et la publicité, espérances, désenchantement critique, et signaux d'alarmes".

Ce fut l'occasion de dire quelques mots d'une étude ébauchée, avec Marine Corniou et Antoine Andremont, une dizaine d'années plus tôt. Marine Corniou avait réalisé un travail de documentation extraordinaire, avec le soutien logistique de Guy Cobolet, directeur de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (BIUS) ; mais les circonstances nous empêchèrent de mener à bien le beau projet éditorial envisagé au départ avec Antoine Andremont.

Le corpus est ici brièvement présenté et les publicités parfois... moquées.
Ça se trouve là : http://epresence.univ-paris3.fr/3/Watch/698141.aspx
Et ça commence un peu après la 26e minute.

Clint Eastwood pose pour un antibiotique en 1966.

lundi 28 septembre 2015

Une exposition sur les solariums tournants du Dr Jean Saidman aux Grands Moulins

À l'occasion de la Fête de la science à l'Université Paris Diderot, se tiendra, du mercredi 7 au samedi 10 octobre 2015 (9h-17h30), dans la cour des Grands Moulins, une petite exposition éphémère consacrée aux "Solariums tournants du Dr Jean Saidman".

Au début des années 1930, le Dr Jean Saidman (1897-1949), médecin français d'origine roumaine spécialisé en héliothérapie et actinothérapie, conçut une machine de soins inédite : le solarium tournant.
Il parvint à en faire construire trois exemplaires : les deux premiers en France, à Aix-les-Bains et Vallauris, le troisième à Jamnagar, dans l'État indien du Gujarat. De nos jours, seul le bâtiment de Jamnagar subsiste.

Le solarium tournant d'Aix-les-Bains (1930).

Cette exposition vise à retracer cet aspect insolite de l'histoire des sciences et techniques, mais aussi de l'histoire de la médecine.
Y sera également présenté le court-métrage Le Solarium tournant d'Aix-les-Bains, réalisé en 1930 et récemment restauré par les Archives françaises du film du CNC.

L'exposition est proposée par Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, avec l'aide logistique de Sophie Lafage et Lisa Pak. Remerciements à Violette Delaye, Myrtil Saidman, ainsi qu'à Béatrice de Pastre (Archives françaises du film du CNC).

Adresse : Grands Moulins (Université Paris Diderot), 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris.
Métro : Bibliothèque François-Mitterrand.
Une courte conférence sur l'histoire des solariums tournants aura lieu dans les locaux de l'Université Paris Diderot le samedi 10 octobre à 14h.
Le programme complet de la Fête de la science se trouve ici.

Rappel : l'ouvrage dont est tirée cette exposition :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Les Solariums tournants du Dr Jean Saidman, Paris, Glyphe, 2010.


vendredi 25 septembre 2015

Les ors de Kapoor (suite et fin)

Quelques jours avant l'inauguration (fin mai 2015).
Photo : T. Lefebvre.

"Dirty Corner", l'installation monumentale d'Anish Kapoor sur le Tapis vert de Versailles, est assurément un "artwork in progress". Elle l'était déjà en mai 2015 (comme on peut le voir ci-dessus), elle le demeure cinq mois plus tard (comme on peut le constater ci-dessous).

Fin (provisoire?) de l'intervention.
Photo : T. Lefebvre.

Au terme d'une semaine d'intervention, sous le soleil et la pluie, la sculpture est désormais partiellement recouverte d'un or du plus bel effet.


Acier Corten et feuille d'or, 25 septembre 2015.
Photo : T. Lefebvre.

Rappelons l'une des raisons de ce remarquable "mashup" : "[...] la liberté de création et d'expression artistiques implique le respect du droit moral de tout auteur sur son œuvre et les formes qu'il entend lui donner, mais que, lorsque cette œuvre est exposée publiquement, cette liberté doit se concilier avec le respect des autres libertés fondamentales s'appliquant dans l'espace public, dont celle protégeant chacun contre les atteintes à la dignité humaine." (Tribunal administratif de Versailles, 19 septembre 2015.)

Post-scriptum (juin 2016) : À lire sur Cairn : 
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.