vendredi 27 mai 2016

Un livre sur la pharmacie et son histoire

Parution le 10 juin 2016 d'un nouvel ouvrage :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Médicaments, polémiques et vieilles querelles, Paris, Belin, 2016.
(Sous-titre : Débats et affaires : 15 récits pour mieux comprendre).


Quatrième de couverture :
"“Cannabis”, “Conflit d'intérêts”, “Déremboursement”, “Dopage”, “Homéopathie”, “Lanceur d'alerte”, "Rupture de stock”... Le quotidien du médicament semble rythmé par des débats à n'en plus finir et des scandales retentissants... Des maux typiques de notre époque? Voire... Savez-vous que le chanvre indien a déjà figuré dans la pharmacopée française (jusqu'en 1953)? Que l'aspirine a été un médicament générique dès la Première Guerre mondiale? Que la défiance d'une partie de la population vis-à-vis de la vaccination a toujours existé? Ou encore que l'homéopathie est contestée par les autorités médicales depuis... la fin du XVIIIe siècle!
C'est à un coup d'œil curieux dans le rétroviseur, déconnecté de l'actualité chaude et addictive, que nous invitent Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, spécialistes de l'histoire de la pharmacie. En 15 récits concis [...], ils nous plongent aux sources de la discipline et nous invitent à relativiser certains jugements à l'emporte-pièce. Non, tout ne va pas aussi mal qu'on veut bien le dire dans l'univers impitoyable du médicament! Ce que nous enseignent ces histoires, c'est que la fabrication, la dispensation et la démocratisation du médicament sont globalement sur la bonne voie, même si cette marche en avant ne s'accomplit pas sans heurts."

Plus d'informations sur le site de Belin.

Le numéro n° 465 de juillet 2016 de Pour la Science publiera des bonnes pages de l'ouvrage.

Et toujours Villes d'eaux d'Île-de-France, paru il y a quelques jours.
Rappel : l'article "Pour Kapoor" vient de paraître dans Sociétés & Représentations.

D'autres surprises à la rentrée...

jeudi 19 mai 2016

Olafur Eliasson s'empare du Grand Canal de Versailles

Après Anish Kapoor (juin-novembre 2015), c'est au tour de l'artiste contemporain danois Olafur Eliasson de s'emparer du domaine du château de Versailles.

Son installation la plus monumentale se situera dans le Grand Canal et consistera en une cascade de 40 mètres de haut, visible depuis le château et prévue pour se parer des couleurs de l'arc en ciel en fonction de l'incidence des rayons du soleil.
Les travaux d'installation, supervisés par la société suisse Adunic, ont débuté depuis quelques jours et, comme l'an dernier, nous nous efforçons de suivre, en fonction de nos disponibilités, l'avancée de ce chantier exceptionnel.

La grue. 
Photo : T. Lefebvre.

Depuis le 17 mai 2016, une immense grue Liebherr LTM 1300-6.2 de 117 mètres de haut et de plus de 300 tonnes est installée sur la ceinture méridionale du Grand Canal, dans le prolongement de l'allée des Matelots et à côté de la grille dite "de la Ménagerie".
La cascade se matérialisera dans le Grand Canal, au centre d'un axe imaginaire reliant les grilles de la Ménagerie et de la Petite Venise. À cet endroit précis, la profondeur de l'eau est de 2 mètres.
Pour l'heure, les fondations de cet imposant édifice sont en cours, avec l'intervention efficace de deux plongeurs et d'un scaphandrier de la société allemande Aqua-Nautik GmbH.

Un sympathique scaphandrier.
Photo : T. Lefebvre.

Ajustement d'une dalle de béton de 2 tonnes 
au fond du canal (au centimètre près !).
Photo : T. Lefebvre.

Succès de l'opération.
Photo : T. Lefebvre.

La nacelle de 8 tonnes a été assemblée par une équipe fort sympathique de la société Stehle GmbH. Elle servira de support au réservoir et sera hissée au sommet de l'édifice.
Ces experts vont désormais monter la tour (en pratique, dix sections Liebherr superposées de 4,14 mètres de hauteur et 2400 kg chacune), du haut de laquelle sera déversée, depuis le réservoir, l'eau pompée dans le Grand Canal proprement dit.

Vendredi 20 mai 2016 : le montage de la grande cascade d'Olafur Eliasson se poursuit à Versailles.

Assemblage de deux segments de 4,14 mètres
à l'aide de la grue de 117 mètres.
Les techniciens de Stehle à la manœuvre.
Photo : T. Lefebvre.

Pose du dixième et dernier segment.
Photo : T. Lefebvre.


Samedi 21 mai 2016 : les 8 canalisations de 36 mètres, la nacelle de 8 tonnes et le réservoir/déversoir sont installés.


Samedi 21 mai : mise en place de la nacelle et du réservoir.
Photo : T. Lefebvre.

Mercredi 1er juin 2016 : premiers essais de la Grande Cascade, qui fonctionne parfaitement!
Voir également ici.

1er juin : premiers essais.
Photo : T. Lefebvre.

À noter la parution, dans les prochains jours, d'un texte sur le travail d'Anish Kapoor à Versailles, l'an dernier (en particulier Dirty Corner) :
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

Voir le sommaire de ce numéro de Sociétés & Représentations ici.
Cet article, accompagné d'illustrations inédites aimablement fournies par Anish Kapoor, sera disponible sur le site de Cairn dans quelques jours.

dimanche 15 mai 2016

Un livre sur le thermalisme francilien

Parution dans quelques jours d'un nouvel ouvrage :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Villes d'eaux d'Île-de-France, Paris, Glyphe, 2016.
(Sous-titre : Dictionnaire historique des sources d'Île-de-France utilisées à des fins thérapeutiques, hygiéniques ou salutaires).


Quatrième de couverture :
"Le XIXe siècle et le début du XXe furent le théâtre d'une véritable “ruée vers l'eau”. Plusieurs régions riches en patrimoine sourcier profitèrent de cet engouement: l'Auvergne, les Pyrénées, etc.
Moins généreusement dotée, l'Île-de-France ne bénéficia pas, ou trop peu, de cette dynamique nationale. De nos jours, hormis l'établissement thermal d'Enghien-les-Bains et quelques eaux de source embouteillées à Brignancourt, Chelles, Franconville et Saint-Lambert-des-Bois, les traces de cette époque entreprenante sont modestes.
Pourtant, les initiatives furent nombreuses. Des sources franciliennes furent exploitées pour leurs vertus bienfaisantes alléguées, sous forme de bains ou sous forme de boissons consommées directement au griffon ou embouteillées, parfois même dans le cadre de rituels de dévotions."

Figurent dans ce dictionnaire illustré 60 localités franciliennes et un peu moins d'une centaine de sources: Seine-et-Marne (18), Yvelines (17), Val-d'Oise (13), Essonne (5), Hauts-de-Seine (4), Val-de-Marne (4) et Seine-Saint-Denis (2).
14 sources parisiennes sont également recensées.
Communes citées :
Aincourt, Alfortville, Amillis, Athis-Mons, Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Barcy, Beaumont-sur-Oise, Béton-Bazoches, Blaru, Boulogne-Billancourt, Brignancourt, Briis-sous-Forges,Cernay, Charenton, Châtelet-en-Brie, Chaville, Chelles, Chevreuse, Clichy-sous-Bois, Compans, Couilly-Pont-aux-Dames, Crégy-lès-Meaux, Crouy-sur-Ourcq, Enghien-les-Bains, Fontainebleau, Forges-les-Bains, Franconville, Gonesse, Hédouville, Ivry-sur-Seine, Juvisy-sur-Orge, Lesches, Livry-Gargan, Merlange, Méry-sur-Oise, Meudon, Montigny-le-Bretonneux, Montigny-lès-Cormeilles, Montlignon, Les Mureaux, Neymoutiers-en-Brie, Orgeval, Paris (3e, 5e, 9e, 11e, 12e, 13e, 15e, 16e, 17e, 18e et 19e arrondissements), Le Pecq, Poissy, Pomponne, Provins, Puteaux, Saint-Arnoult-en-Yvelines, Saint-Augustin, Saint-Clair-sur-Epte, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-Laval, Saint-Lambert-des-Bois, Saint-Leu-la-Forêt, Saint-Loup-de-Naud, Saint-Witz, Senlisse, Thieux, Versailles, Le Vésinet, Ville-d'Avray, Villemareuil, Villeneuve-Saint-Georges, Villepreux, Viroflay et Viry-Châtillon.

Présentation et bulletin de commande sur le site des Éditions Glyphe : ici.

samedi 14 mai 2016

De Châtel-Guyon à Eugénie-les-Bains

Sympathique journée d'étude à Châtel-Guyon sous un ciel bienveillant et - ô bonheur ! - dans la salle Alexandre Vialatte du centre de la Mouniaude.
Merci aux intervenants - Carole Carribon, Vincent Flauraud, Fabienne Gélin, Pascale Jeambrun, Julien Knebusch et Cécile Raynal -, ainsi qu'au public très stimulant venu parfois de loin (Clermont-Ferrand, Néris, Bourbon-l'Archambault, Bourbon-Lancy, etc.).

Intervention de Carole Carribon. 
Photo : T. Lefebvre.

Merci à la Société française de médecine thermale, et tout particulièrement à Jean-Baptiste Chareyras et Pascale Jeambrun pour leur aide précieuse et leur bienveillance.
Merci à Danielle Faure-Imbert et à la mairie de Châtel-Guyon pour l'accueil et l'aide logistique.
Les Actes de cette journée seront publiés en fin d'année dans La Presse thermale et climatique.

Merci également à Jean Imbert pour nous avoir fait découvrir les trésors de cette belle ville thermale qui disposera, dans deux ans, d'un tout nouvel établissement d'avant-garde.

Le somptueux ancien établissement thermal (hall). 
Photo : T. Lefebvre.

La semaine s'est poursuivie à Eugénie-les-Bains dans le cadre d'un projet mené avec Cécile Raynal. Nous en reparlerons en octobre prochain.

La Vénus d'Eugénie-les-Bains.
Photo : T. Lefebvre.

Sur le même thème, signalons la parution dans les prochains jours d'un nouvel ouvrage : 
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Villes d'eaux d'Île-de-France, Paris, Glyphe, 2016. 
En voici déjà la couverture...