vendredi 30 mars 2018

Épitaphe

Un étudiant facétieux m'envoie une photographie du premier panneau de l'exposition "Effets spéciaux, crevez l'écran", que je n'ai pas vue et qui se tient actuellement à la Cité des sciences et de l'industrie (17 octobre 2017-19 août 2018).

Merci à Benoît Tonson.

Surprise, me voilà cité en exergue de l'installation : "Les trucages naissent de la rencontre fortuite d'un savoir-faire technique et d'une intuition poétique."

Je dois avouer que sur le moment, j'ai cru à une blague. Et cela d'autant plus que je n'avais aucun souvenir de cette phrase visiblement conçue sous l'influence de Lautréamont. On m'aurait attribué une phrase du style "On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans", que je n'y aurais pas plus cru.

Mais bon, Google sait (presque) tout. La phrase en question se trouve bien en exergue de l'exposition, comme on peut le constater sur son site d'accompagnement.
Plus compromettant encore, la phrase figure dans l'avant-propos d'un numéro de revue que j'avais coordonné en 1999. On peut lire cet "édito" (probablement écrit en cinq minutes, sous l'effet de ma drogue préférée, la limonette Milles) à l'adresse suivante:
http://www.persee.fr/doc/1895_0769-0959_1999_num_27_1_1389

J'imagine l'incrédulité des visiteurs (en tout cas de ceux - minoritaires - qui lisent les panneaux): "Mais qui peut bien être cet illustre inconnu?". D'autant que ma formule à l'emporte-pièce côtoie une autre citation, celle-là de Quentin Tarantino.
Qui a pu avoir l'idée aussi loufoque de nous associer ?


Cela dit, j'en ai profité pour relire cet articulet de 1999 et je reste en tout point d'accord avec cette autre phrase: "Nos corps redevenus poussière, les dévotions serviles et les lubies passagères s'évanouiront d'elles-mêmes".
Et j'y ajouterais volontiers ma sentence préférée de Vialatte: "L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau."

mardi 27 mars 2018

Nova Club

Sympathique soirée hier dans les locaux de Radio Nova. J'étais invité, avec Jeanne Puchol et Laurent Galandon (auteurs de la bande dessinée Interférences parue il y a peu chez Dargaud), dans le "Nova Club" de David Blot et Sophie Marchand.

Un détail de la verrière de Radio Nova.
Photo : Thierry Lefebvre.

Radio Nova: station mythique s'il en est, créée en 1981 par Jean-François Bizot et dont les premiers chefs d'antenne furent Jean-Marc Fombonne et Andrew Orr (deux des auteurs de la première émission de Radio Verte quatre ans plus tôt).

Visite émouvante dans des locaux appelés désormais à entrer dans l'Histoire, puisque Nova va déménager dans quelques mois.

Petit studio annexe sous la verrière.
Photo : Thierry Lefebvre.

L'émission, particulièrement enjouée, peut être écoutée et téléchargée ICI. Les documents sonores ont été fournis par Joëlle Girard, que je remercie.

jeudi 22 mars 2018

Devinette

Mai 68, c'est reparti !
Cinquante ans après, les célébrations décennales reprennent avec l'anniversaire du mythique "Mouvement du 22 Mars".

Pour rappel, il y a dix ans André Gattolin et moi coordonnions un numéro spécial de feu la revue de l'Institut national de l'audiovisuel : MédiaMorphoses.
Son titre: Les Empreintes de Mai 68.


L'occasion de multiples rencontres avec Daniel Cohn-Bendit, Jean Schalit, Michel-Antoine Burnier, Serge July, Jean-Claude Vernier, Jacques Sauvageot, Pierre Haski, etc.
Ce joyeux bazar est désormais consultable en ligne sur le site de l'INIST (CNRS): pas moins de 43 articles reproduits en pdf, car j'ai bien peur que ce "collector" soit épuisé!

Le numéro complet se trouve à l'adresse suivante:
http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/28175.

Je profite de l'occasion pour reproduire un repiquage volontairement assombri d'une photographie que j'ai prise sur le vif, où l'on voit très bien des graffeurs (comme on dirait de nos jours) en train de peindre des inscriptions à l'entrée de la Faculté de médecine (rue de l'École de médecine, à Paris)... L'un d'eux accroche même un de ces drapeaux rouges, comme on fabriquait dans le temps.
Au fond, on reconnaît la statue de Bichat, qui trône toujours à la même place de nos jours.

Photographie : Thierry Lefebvre.

Non, je plaisante...
Je n'ai pas connu Mai 68 (né trop tard), mais cette photographie n'est absolument pas truquée. Elle fait partie d'un de mes reportages photographiques inédits.

À quelle occasion ces instantanés furent-ils pris?
À vous de deviner avant que je ne les reproduise pour de vrai...

vendredi 9 mars 2018

Meursault/Kruschen

Pourquoi Meursault, l'anti-héros de L'Étranger, collectionnait-il les réclames pour les sels Kruschen? De quoi s'agissait-il? Qui en pouvait en être l'auteur?

J'ai tenté de répondre à ces petites énigmes dans un texte qui paraît ce mois-ci dans la Revue d'histoire de la pharmacie (n°397, mars 2018).
Son titre: "Albert Camus et le grand-père Kruschen".

Le Petit Journal, 12 mars 1937.
© Gallica.

Je poursuis ainsi mes petites enquêtes pharmaco-artistiques, après Alexandre Dumas fils (n°293), Guy de Maupassant (n°316 et 346), Jean Cocteau (n°333), Antonin Artaud (n°334), Francis Picabia, Armand Salacrou et Robert Desnos (n°338), Valery Larbaud (n° 346), Marcel Duchamp et Marcel Schwob (n° 349), Arthur Rimbaud (n°388), sans oublier Mathieu-Georges Gilbert, le pharmacien-dactylographe de Paul Claudel et d'Alain Fournier (n°358).
À suivre...

jeudi 1 mars 2018

Ignorantibus

"Comment sont financées les stations de radio ?" : telle était la question posée sur le répondeur des "P'tits Bateaux" par le jeune Alexandre. Je me suis efforcé d'y répondre tant bien que mal à l'occasion de l'émission du dimanche 25 février 2018. À réécouter ICI.

C'est toujours un plaisir de participer à cette sympathique émission qui fait l'honneur du service public, même si les réponses trop courtes sont forcément incomplètes.

Cela fait des années que l'on m'interviewe ici et là sur le fonctionnement des médias (et sur la radio en particulier). Des dizaines et des dizaines d'heures d'émissions qui doivent s'accumuler quelque part dans des serveurs.
Pour autant, cela fait-il de moi un "spécialiste" ? J'en doute. D'ailleurs, j'ai horreur de ce terme dont aiment à se gargariser bon nombre de mes collègues. On n'est spécialiste que de ses croyances, quand bien même ces dernières paraîtraient étayées.

Finalement, ces émissions -en dehors des observations qu'elles me permettent de faire sur place- laisseront probablement moins de traces que les silex et bifaces des carrières de Saint-Acheul (Somme), où je me promenais hier.

Dans cette carrière, 
des centaines de milliers d'années vous contemplent...
et en particulier l'Acheuléen !
Photo: T. Lefebvre.

mercredi 14 février 2018

Mythologie des radios libres

Hier, à l'occasion de la Journée mondiale de la radio, Jean-François Cadet m'avait demandé de participer à son émission "Vous m'en direz des nouvelles" sur RFI. La bande dessinée de Laurent Galandon (scénariste) et Jeanne Puchol (dessinatrice) -Interférences (Dargaud, 2018)-, qui a pour cadre le mouvement des radios libres, y était présentée par leurs deux auteurs.

Jean-François Cadet, Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Thierry Lefebvre.
Photo : Baptiste Antoine (que je remercie).

L'occasion d'un sympathique échange à l'antenne, mais aussi de dédicaces hors micro qui me sont allés droit au cœur. C'est toujours agréable d'être lu et de fournir, parfois indirectement, matière à inspiration pour les uns et les autres. Finalement, c'est pour cela que nous écrivons sans relâche.

Extrait de la dédicace de Laurent Galandon.

Cette émission ainsi que la dédicace de Jeanne Puchol figureront probablement -d'une manière ou d'une autre- dans un prochain ouvrage, sans doute plus subjectif que les précédents. Car j'accumule beaucoup de données et de réflexions depuis un certain temps. 

On peut réécouter "Vous m'en direz des nouvelles" ICI.

samedi 10 février 2018

Longue traîne

Fin 1984 ou début 1985 : en face de moi, dans le petit studio de la rue Secrétan où j'officie depuis près d'un an, sont assis Lucid Beausonge et le regretté Khaled Malki. Je pose le saphir dans le sillon d'un 33 tours et lance cette chanson qui, depuis, est restée gravée dans ma mémoire...


samedi 20 janvier 2018

Intermède

Il ne fait nul doute que l'appétence pour la lecture est un atout en cette époque par trop vouée à la distraction et à la frivolité. Aussi, ce n'est jamais sans une certaine bienveillance que j'observe des jeunes gens plongés dans la lecture d'un livre papier, par exemple dans les transports en commun. Je sais ce qu'il en coûte d'efforts à ces "natifs" que rien ne prédispose plus à tourner les pages d'un ouvrage.

En même temps, je me suis toujours méfié des grands lecteurs (comme des cinéphiles d'ailleurs). J'en ai fréquentés suffisamment pour avoir remarqué que la plupart d'entre eux étaient des consommateurs passifs comme les autres, souvent soucieux de distinction (à l'instar de leurs congénères technophiles). Je crois que Valery Larbaud ne se trompait guère quand il parlait de "vice impuni"...

Je dis cela d'autant plus piteusement que je suis moi-même un grand lecteur, au sens statistique du terme (bien plus de 20 titres par an). Lecteur d'archives bien entendu, de correspondances cela va de soi, mais aussi d'essais, de romans, de pièces de théâtre voire de poésie. Je n'achète pourtant pratiquement plus rien depuis des années: je récupère! Depuis une décennie, nous assistons en effet, sans trop nous en émouvoir, à une véritable extinction de masse: des tombereaux de livres et de papiers de toutes sortes saturent les encombrants de France et de Navarre, ce qui en dit long sur l'opprobre qui affecte désormais cet objet pourtant pluriséculaire. Curieusement, le même phénomène affectait Saint-Pétersbourg au lendemain de la révolution d'Octobre, comme le raconte Agnès Graceffa dans sa belle biographie de Raïssa Bloch qu'elle a eu la gentillesse de m'adresser.

Je récupère donc des livres que je n'ai jamais lus ou alors si mal. Et je les lis les uns après les autres, sans programme préétabli. Cette "méthode" a l'avantage de m'extraire de la contemporanéité dont je me méfie comme de la peste. Et à l'heure des "recommandations" de tout acabit, quel bol d'air que de se plonger, par le pur jeu du hasard, dans des textes ou fragments de Mor Jokai, Fernan Caballero, Joseph Joubert, Benvenuto Cellini ou André Maurois! Quelle reviviscence dans mes relectures de l'abbé Prévost, de Molière ou de Jules Verne! Quel plaisir de hanter les landes des Hauts de Hurlevent aux côtés d'Emily Brontë, de se perdre dans Versailles ou le grand Trianon à la poursuite d'Alfred de Musset (La Mouche), de suivre Jacques Rogy dans ses enquêtes périlleuses ou de relire quelque stoïcien oublié...

lundi 25 décembre 2017

Après la Bataille

On m'interroge sur l'indisponibilité de La Bataille des radios libres (2008, bientôt dix ans!). À ma connaissance, le livre est totalement épuisé et je le regrette: on ne peut donc le trouver que d'occasion, et cela depuis de trop nombreux mois.
Il existe certes une version ePub de l'ouvrage, mais je la déconseille vivement, dans la mesure où je n'y ai pas donné mon aval. Par ailleurs, je n'ai pas pu procéder à un certain nombre de corrections qui me semblaient et me semblent toujours nécessaires.



Autant dire que La Bataille ressortira d'ici un ou deux ans, mais sous un autre titre et un nouvel "angle", avec une nouvelle narration et de très nombreuses informations inédites... Et chez un autre éditeur...
Il faudra donc patienter, mais le résultat devrait valoir la peine.

En revanche, Carbone 14, légende et histoire d'une radio pas comme les autres reste disponible. On peut toujours le coupler avec la docufiction de Jean-François Gallotte et Joëlle Malberg.

lundi 18 décembre 2017

Pour la radio numérique terrestre

La Norvège vient d'"éteindre" sa bande FM. Et seule désormais la radio numérique terrestre (RNT) a droit de cité dans ce pays. L'événement est passé quelque peu inaperçu cette semaine, mais le journaliste Adrien Lelièvre vient de l'évoquer dans le quotidien Les Échos (voir l'article en ligne: "Radio numérique: la Norvège en pointe, la France à la traîne").

Comme on peut le comprendre à la fin de l'article, je suis un ardent partisan de cette mutation, et cela depuis au moins l'arrêté ministériel du 3 janvier 2008 qui devait impulser le passage à la RNT et faire de la France une nation proactive.

Entre-temps, que d'argent et de salive dépensés en vain, que de réunions débilitantes, que de discours creux de la part de ceux qui incarnaient -en tout cas à un moment donné- l'autorité ou ses faux-nez! (Toute ressemblance avec l'Université est purement fortuite :))

Les raisons de cet échec tiennent tout d'abord au choix par le gouvernement Fillon d'une norme inepte (T-DMB), à la fois clivante et coûteuse. Depuis, tout le monde convient que le DAB+ (norme adoptée par la Norvège, mais aussi par la quasi totalité des pays européens) était le choix le plus rationnel.

J'expose les autres raisons à la fin de l'article des Échos. Tout d'abord, l'absence de réelle volonté de la part d'un État à la fois velléitaire et si peu visionnaire, qui a par exemple refusé de préempter des "fréquences" RNT pour le compte de Radio France et de RFI.

Ensuite, l'attitude déplorable des grands groupes généralistes et musicaux, qui se comportent comme de vulgaires rentiers et qui sont en train de tuer à petit feu le média radio. Savez-vous par exemple que NRJ et RTL refusent, depuis bientôt dix ans, d'aller sur la RNT en France, mais qu'ils s'y trouvent apparemment très bien en Suisse, en Allemagne ou en Belgique. Une telle mascarade en dit long.

Je ne vois donc qu'une seule solution: décréter au plus vite l'extinction de la FM en France!

samedi 16 décembre 2017

En revenant de l'expo

L'exposition de la bibliothèque Pierre Bourdan sur l'ancien collège expérimental audiovisuel Louis Lumière de Marly-le-Roi est terminée. Ce fut une belle aventure ponctuée de rencontres et de témoignages: le livre d'or, que nous conservons précieusement, en témoigne.

Il est possible que l'exposition circule dans les prochains mois. En attendant, le livre -Un studio de télévision à l'école- garde l'empreinte encore chaude de cette série d'événements. Les appréciations à son sujet s'avèrent d'ailleurs toujours aussi positives. On peut se le procurer auprès des Éditions Glyphe, qui viennent de procéder à un retirage.

Une page du cahier couleur de l'ouvrage :
les huit premières illustrations du film d'animation conçu par Gérard Anthony 
pour le cours d'anglais de Claudine Lamoine, d'après la chanson "Chicago"
de Crosby, Stills and Nash (vers 1972).

En attendant d'éventuelles prochaines répliques, d'autres ouvrages -sur des sujets variés- sont d'ores et déjà en préparation.

"Les gens lisent de moins en moins", me dit-on... Raison de plus pour écrire de plus en plus!

samedi 2 décembre 2017

Vous avez la mire ?

Soirée très émouvante jeudi soir dans la belle salle de l'Horloge de Marly-le-Roi: Cécile Raynal et moi-même présentions notre livre sur l'ancien collège audiovisuel Louis Lumière devant un public nombreux et chaleureux. Et cela en dépit de la neige qui tombait à gros flocons derrière les vitres.

Cette conférence-débat se prolongea jusque vers 23 heures et fut l'occasion de nombreuses retrouvailles. Elle fut également source d'anecdotes et d'informations inédites. D'ailleurs, autant prévenir d'emblée, ce livre aura très probablement une suite...

La mire du circuit fermé de Marly-le-Roi
retrouvée par Gérard Anthony 
et reproduite dans la 2e édition de l'ouvrage

Un des participants à cette belle soirée - un ancien élève aujourd'hui quinquagénaire - vint me voir à la fin et me fit un compliment qui m'a beaucoup touché: "Vous m'avez permis de comprendre ce que j'ai vécu il y a une quarantaine d'années", avoua-t-il en toute humilité.

Pendant ce temps, l'exposition se poursuit à la bibliothèque Pierre Bourdan jusqu'au 15 décembre 2017...

Photo : T. Lefebvre.

vendredi 1 décembre 2017

Native advertising

Connaissez-vous le native advertising (publicité native, pour les puristes)? Depuis quelques années, ce nouveau format publicitaire gangrène la production journalistique, en particulier sur le web où les annonceurs s'échinent par tous les moyens à contourner les outils de blocage publicitaire.

En gros, le principe est le suivant: la publicité parasite le contenu des articles, qui ne sont plus dès lors que des prétextes, des gélules de pub en quelque sorte.

Parcourant la revue littéraire en ligne ActuaLitte.com, je me découvre instrumentalisé de la sorte et mon impression est pour le moins mitigée.

Comme vous le constaterez, les travaux que nous menons depuis quelques années avec Cécile Raynal servent de prétexte à une incise publicitaire pour un centre de loisirs andorran. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le journaliste utilise de gros sabots...

C'est à lire ici : "Plongée au cœur de la littérature thermale".


lundi 27 novembre 2017

L'ancien CES audiovisuel s'expose à Marly-le-Roi

L'exposition sur l'ancien collège expérimental audiovisuel vient de débuter à la bibliothèque Pierre Bourdan de Marly-le-Roi. Elle se prolongera jusqu'au samedi 15 décembre 2017. Au programme, 23 panneaux (conçus par Arnaud Fullenwarth), trois vitrines, deux maquettes (réalisées par Cécile et Guy Raynal) et un montage audiovisuel de 17 minutes (réalisé par Rudy Mahut).

Photos : T. Lefebvre.

Adresse de la bibliothèque : 37 avenue de Saint-Germain, 78160 Marly-le-Roi.
Ouverture : lundi (14h-18h), mardi (14h-18h), mercredi (10h-12h et 14h-18h), jeudi (14h-20h), vendredi (14h-18h) et samedi (10h-12h et 14h-18h).
Entrée libre.


Conférence des auteurs le 30 novembre 2017 à la salle de l'Horloge de Marly-le-Roi (rue Champflour, face à la mairie).

À noter que le livre est très bien reçu. Conséquence : il est procédé à un nouveau tirage. Quelques illustrations nouvelles sont venues se glisser dans l'ouvrage, pourtant déjà abondamment illustré.

jeudi 23 novembre 2017

L'année radiophonique 1987

Je reçois aujourd'hui les Cahiers d'histoire de la radiodiffusion, n° 133 de juillet-septembre 2017.
J'y poursuis une tentative d'exploration des années 80, cette fois-ci avec l'année 1987 qui vit, entre autres, la création de la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL).

En voici le sommaire :

L'année radiophonique 1987,
dossier établi par Thierry Lefebvre

Thierry Lefebvre : Présentation.
Joëlle Girard : De "France Info, c'est l'info qu'il vous faut" à "Deux points: ouvrez l'info".
Philippe Manach : Une figure de la radio: Jean Chouquet.
Thierry Lefebvre : À l'écoute du Réseau Liberté.
Denis Didelon : De Muppies FM à Superloustic.
Sebastien Poulain : Radio Ici et Maintenant face à la normalisation.
Thierry Lefebvre : Futur Génération : d'une crise à l'autre.
Thierry Lefebvre : 1987: essai de chronologie radiophonique.
Marie-France Mazalaigue, Ginette Francequin : Il y a trente ans, Radio G: témoignages.

Cet ensemble ne peut être dissocié des numéros précédents : L'année radiophonique 1984, L'année radiophonique 1985 et L'année radiophonique 1986, que j'avais également coordonnés.

Ce numéro est dédié à la mémoire de Gérard Lemaire et de Malvina.
Malvina (M.-T. Dutriez Pin) fut une des animatrices vedettes de Carbone 14 (au côté de Supernana) et joua un rôle important dans l'aventure du Réseau Liberté de 1987. Il en est à de nombreuses reprises question dans Carbone 14. Histoire et légende d'une radio pas comme les autres. Elle est décédée en mai 1987 et j'aurai très certainement l'occasion de revenir sur son parcours...

Ce numéro des Cahiers d'histoire de la radiodiffusion peut être commandé ici.

vendredi 17 novembre 2017

Petite vidéo

Réalisée par Samia Serri, voici une petite présentation de l'ouvrage Un studio de télévision à l'école. Le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi. Avec en guise d'illustrations, quelques-unes des images reproduites dans l'ouvrage.

Merci au service communication de l'Université Paris Diderot !

lundi 13 novembre 2017

De passage à Lausanne

Jeudi 9 novembre 2017 se tenait, à l'Institut universitaire d'histoire de la médecine et de la santé publique et à l'UNIL (Lausanne), une journée d'étude consacrée au cinéma de Nag et Gisèle Ansorge. Nag Ansorge intervint de longues années durant comme cinéaste au centre psychiatrique de Cery.

Le programme de cette journée peut-être consulté ICI.


Ce fut l'occasion de retrouver Donald Crafton, que je n'avais pas revu depuis le colloque Méliès de Cerisy-la-Salle de... 1996. Et également de découvrir Georges Schwizgebel, héraut du film d'animation suisse, venu nous présenter ses films.

Nous vîmes en particulier La Course à l'abîme, réalisée vingt-cinq ans plus tôt.


À noter que les cellulos de son dernier court-métrage, l'extraordinaire Bataile de San Romano, sont exposés, jusqu'au 2 décembre 2017, à l'Atelier 20 de Lausanne.

mercredi 1 novembre 2017

Une grande dame

La presse annonçait récemment le décès de Christine Guérard-Barthélémy, grande dame du thermalisme et de l'hôtellerie. Signalons en particulier ce bel hommage photographique paru dans Sud-Ouest.

Nous l'avions rencontrée longuement en mai 2016, alors que nous préparions, avec Cécile Raynal, l'ouvrage anniversaire de la Chaîne thermale du soleil dont elle était présidente-directrice générale. Son témoignage - passionnant - y est en partie retranscrit.

mardi 31 octobre 2017

En attendant l'expo

À l'approche de l'exposition sur l'ancien collège expérimental audiovisuel Louis Lumière (qui se tiendra à partir du 27 novembre 2017 à la bibliothèque Pierre Bourdan de Marly-le-Roi), signalons un article paru ce jour (31 octobre) dans Le Parisien. Il y est largement question de l'ouvrage Un studio de télévision à l'école. Le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi (Glyphe, 2017).

Signé par Benjamin Derveaux et agréablement illustré, cet article/entretien occupe une pleine page du quotidien sous le titre "Il était une fois le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi". L'accueil sympathique fait à ce livre nous fait bien plaisir.

Le site des éditions Glyphe : ICI.

dimanche 29 octobre 2017

Jacques Sauvageot

La presse annonce le décès de Jacques Sauvageot, grande figure de Mai 68. Ce que l'on sait moins, c'est que Sauvageot avait cofondé, en 1978, Radio Libre Populaire Saint-Nazaire, au plus fort du mouvement des radios libres.
En 2008, je l'avais interrogé sur cette expérience.

Un extrait de l'entretien - "Nous n'avons pas su pérenniser l'expérience des radios libres" - fut reproduit dans le numéro spécial de MédiaMorphoses que je coordonnais alors avec mon camarade André Gattolin.

On peut relire ce témoignage ici.
Un article de Ouest-France y fait par ailleurs référence:
Jean Delavaud, "L'ex soixante-huitard aimait l'art et les radios libres", Ouest-France, 30 octobre 2017). À lire ici.

lundi 16 octobre 2017

Coïncidences

Vendredi 6 octobre 2017 : me trouvant à Blois, je visite le salon du livre des "Rendez-vous de l'Histoire". Alors que je suis en train de discuter avec un éditeur bourbonnais de ma connaissance, je sens une présence à mes côtés. Je tourne la tête vers ma droite et me retrouve face à... Jean-Michel Blanquer. Petit échange...

Dimanche 15 octobre 2017 : me promenant dans le parc du château de Versailles (où se prépare la prochaine exposition d'art contemporain "Voyage d'hiver"), je longe le Grand Canal (côté ru de Gally). Soudain, qui vois-je arriver vers moi ? Emmanuel Macron et son labrador (et quelques gardes du corps) en train de faire leur footing. Petit échange...

Le monde est décidément petit.

Installation en cours de Cloud Cities
de Tomas Saraceno.
Photo : Thierry Lefebvre.

mardi 10 octobre 2017

La vie de château

Ça se passait vendredi 6 octobre 2017 dans la salle des États Généraux du château de Blois. Énormément de spectateurs, la plupart venus pour voir en chair et en os l'inoxydable Jamy Gourmaud.

Fabrice d'Almeida, Thierry Lefebvre, Jamy Gourmaud,
Anne Georget et Mathieu Vidard.
Photo : N. Soyeux (trouvée sur Twitter).

Rien de transcendant dans ce qui s'est dit (comme souvent dans ces tables rondes), mais l'expérience était amusante et le lieu presque incongru.
Un petit pas de côté dans la Société du spectacle...


Pour se faire une idée du dispositif...

Cette rude journée (quatre interventions!) se terminait dans une plus grande intimité (quoique sur les ondes!), au micro de Radio Campus Orléans. Moment très sympathique, au pied d'une fresque murale spécialement conçue à cet effet par La Fabrique de Blois. Bravo à tous!

Brice Lalonde, Thierry Lefebvre et Anaïs Kien 
face à l'équipe de Radio Campus Orléans
(au fond, Viviane Berreur à la technique).
Photo : Cécile Raynal.

dimanche 1 octobre 2017

Rendez-vous de l'Histoire

Séjour très affairé aux "Rendez-vous de l'Histoire" de Blois la semaine prochaine.

• Cela commencera le jeudi 5 octobre à 16h30 à l'auditorium du conservatoire. Avec Cécile Raynal, nous présenterons notre dernier ouvrage : Un studio de télévision à l'école. Le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi (1966-1992) (Glyphe, 2017). L'occasion de projeter des films des archives du Réseau Canopé et de la mairie de Marly-le-Roi.


• Le vendredi 6 octobre à 9h15, je présenterai au cinéma Les Lobis, avec Béatrice de Pastre (CNC), plusieurs films hygiénistes des collections des Archives françaises du film et de l'image animée. Cette projection sera rééditée l'après-midi au lycée Sonia Delaunay de Blois, à 16h30, toujours avec Béatrice de Pastre.

À 11h30, je participerai à une table ronde sur le thème "Parler de l'histoire des sciences dans les médias", avec Fabrice d'Almeida, Jamy Gourmaud, Mathieu Vidard et Anne Georget. Cela se déroulera dans la salle des États généraux du château de Blois.

À 17h30, direction La Fabrique pour l'enregistrement d'une émission commune de Radio Campus Orléans et du Bondy Blog Centre. Le thème sera, cette fois-ci, les radios libres. J'y côtoierai en particulier Brice Lalonde et Anaïs Kien.

• Le samedi 7 octobre, à 9h30, je présenterai à l'auditorium du conservatoire, avec Sophie Bachmann (Ina), une émission médicale d'Igor Barrère et Étienne Lalou : La Réanimation cardiaque (1964). Un grand moment de télévision qui vient d'être retrouvé et restauré !

La Réanimation cardiaque (Igor Barrère, Étienne Lalou, 1964).

Enfin, à 17h30, retour au cinéma Les Lobis pour la présentation, avec Béatrice de Pastre, du fameux Ballet botanique du Dr Jean Comandon.

Le programme (par ailleurs copieux!) des "Rendez-vous de l'Histoire" se trouve ici: http://www.rdv-histoire.com/sites/default/files/fichiers/programme_chronologique_2017.pdf

mercredi 13 septembre 2017

Il y a cinquante ans : le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi

En cette mi-septembre 2017 paraît un nouvel ouvrage :

Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, Un studio de télévision à l'école. Le collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi (1966-1992), Paris, Glyphe, 2017. 
(227 pages, une cinquantaine d'illustrations et un cahier couleur!)


L'ouvrage est dédié à la mémoire de Geneviève Jacquinot (1937-2014), qui nous avait fortement encouragés à le concevoir, puis à le faire paraître. On y trouvera en particulier sa dernière interview. 
Guy Berger, qui assista Étienne Brunswic dans cette aventure, a également bien voulu revenir sur cette expérience exceptionnelle.
Merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont confié des documents: Gérard Anthony (dont de nombreux dessins originaux sont reproduits), Guy Berger, Geneviève Jacquinot, Françoise et Claude Gaillard, et Rudy Mahut (archives municipales de Marly-le-Roi).
Merci également à Dominique Armand, Laurent Garreau et Manuel Guillemard (Canopé) pour leur soutien !

Résumé : 
"Dans les années 1960, quelques rares collèges et lycées s'équipèrent en circuit fermé de télévision. La réalisation la plus spectaculaire fut menée, à partir de septembre 1966, à Marly-le-Roi (Yvelines). Ce collège audiovisuel, véritable “utopie pédagogique”, était l'œuvre des responsables de la Radio-Télévision scolaire, Henri Dieuzeide et Étienne Brunswic.
Pendant plus de dix ans s'y déroulèrent des expérimentations innovantes, fondées sur l'emploi des techniques audiovisuelles, puis sur l'auto-documentation et le travail indépendant des élèves. Une architecture originale avait été conçue à cette fin: les salles de cours, organisées en “trèfles”, étaient reliées au studio intégré de télévision.
Cet ouvrage retrace l'histoire de cette aventure pédagogique hors du commun et donne la parole à quelques-uns des acteurs les plus impliqués."

Le livre fait actuellement la une (illustrée) du site Média Scérén (Canopé) http://www.cndp.fr/media-sceren/.
Il a également donné lieu à une première interview de Cécile Raynal et Thierry Lefebvre dans Toutes les Nouvelles (Versailles) du 6 septembre 2017.

Le livre sera présenté par les auteurs aux "Rendez-vous de l'Histoire" de Blois le 7 octobre 2017 en fin d'après-midi, puis il accompagnera une exposition à la bibliothèque Pierre-Bourdan de Marly-le-Roi du 27 novembre au 15 décembre 2017 (nous en reparlerons en temps voulu).

Il peut être commandé directement auprès des éditions Glyphe

mercredi 16 août 2017

Le P'tit Quinquin a drôlement grandi

15 août 2017 : longue journée ensoleillée passée à observer l'équipe (une trentaine de personnes) de Bruno Dumont, en plein tournage de la suite du P'tit Quinquin, à savoir Coin-Coin et les Z'inhumains (titre provisoire). Cela se passait à Audinghen dans le Pas-de-Calais. Plus précisément rue du Cimetière; la bien nommée.

Seize plans, une cinquantaine de prises, environ quatre minutes de film au total. Mais chut !... Nous avons promis de garder le secret. "Et le règlement, c'est le règlement", comme dirait le commandant Van der Weyden (Bernard Pruvost)...

La voiture du commandant Van der Weyden et du lieutenant Rudy Carpentier
sur ses quatre roues.

Merci, entre autres, à Bernard Pruvost, Philippe Jore et Alane Delhaye (qui a bien grandi depuis le tournage de la première saison en 2013!) pour leur disponibilité...

Autant rassurer les âmes sensibles: à quelques centaines de mètres de là, l'étonnant blockhaus d'Haringzelle ne contenait plus de vache!

vendredi 4 août 2017

Le Chant des oiseaux

À l'occasion de la projection récente dans l'église Saint-Pierre de Prades (Pyrénées-Orientales) du film Casals, la força d'un silenci, j'ai eu le plaisir de croiser l'acteur catalan Joan Pera qui y interprète le grand violoncelliste et chef d'orchestre Pablo Casals (1876-1973).


Joan Pera à Prades.
Photos : Thierry Lefebvre

Le film s'achève sur le magnifique Cant dels Ocells (Chant des oiseaux), que nous avions évoqué avec Cécile Raynal dans notre ouvrage sur l'histoire de la Chaîne thermale du soleil. C'est en effet à Molitg-les-Bains, non loin de Prades, que Casals et Mieczylaw Horszowski avaient l'habitude de jouer ensemble ce symbole de la lutte anti-franquiste.
Le livre d'or du Grand Hôtel (reproduit partiellement dans l'ouvrage), le piano Steinway et un magnifique carillon conçu par Casals en témoignent encore de nos jours.

vendredi 30 juin 2017

Les Nuits de la pleine lune

Décembre 1983 : cela se passe dans une brasserie aujourd'hui disparue de la place Saint-Michel (La Boule d'Or), au cours d'une longue nuit d'un tournage pas comme les autres. Le film s'intitule Les Nuits de la pleine lune ; il sera récompensé par le prix de la meilleure actrice à la Mostra de Venise et plusieurs fois nominé aux César en 1984.
Trente-quatre années sont bientôt passées, mais le souvenir reste extrêmement vivace dans ma mémoire, quoique flouté par le temps.

Et voilà que je retrouve avec bonheur une vieille planche contact.
Que voit-on sur cette photo ? Le réalisateur Éric Rohmer (1920-2010), qui fut un de mes enseignants deux-trois ans plus tard, et sa lumineuse actrice Pascale Ogier (1958-1984). Tous deux discutent devant le comptoir de la brasserie entre deux prises de vues. Je les photographie dans le reflet de la glace qui me fait face, Pascale Ogier habillée en Dorothée Bis et bandeau bleu clair autour des cheveux, Rohmer les bras croisés comme très souvent tout au long de cette soirée. J'apparais logiquement et de manière ostentatoire au premier plan.

Je suis assis non loin de l'escalier qui conduit au sous-sol et j'assiste, plusieurs heures durant, à la préparation, aux répétitions et au tournage de quelques-unes des scènes clés de ce long-métrage. Dans le film, Pascale Ogier remonte lentement les marches (vers la 53e minute), elle me frôle sur ma gauche, longe plein d'inquiétude l'espace devant les deux flippers, puis va rejoindre Fabrice Luchini qui se trouve deux rangées de tables plus loin.

Le croisement de la mémoire -cet ustensile fragile comme la bouilloire éclopée du film- et de la trace argentique est absolument fascinant.

Photo : Thierry Lefebvre.

mercredi 10 mai 2017

En passant par...

... là où l'image est en train de se faire.

Mardi 2 mai 2017, tournage au Sénat d'une séquence du documentaire de Pierre Hurel, Ainsi soit Macron (diffusé le lundi 8 mai 2017 sur France 3). J.-P. Raffarin répond à quelques questions.

Photo : Thierry Lefebvre.

vendredi 5 mai 2017

Gérard Lemaire, pionnier des radios libres

J'apprends un peu tardivement le décès de Gérard Lemaire (1947-2017), authentique pionnier des radios libres. Il exerça sur Radio Ici et Maintenant de 1980 à 1996, puis sur Aligre FM de 2001 à 2012.

Je l'ai très souvent côtoyé dans les années 1980. Nos émissions se chevauchaient parfois.
Ces dernières années, il m'arrivait encore de le rencontrer épisodiquement, à l'occasion d'une exposition, d'un spectacle ou d'une mobilisation d'intermittents.

Il y aurait énormément de choses à raconter sur lui, mais je préfère garder mes souvenirs pour un ouvrage futur. Je tenais juste à saluer sa mémoire, car il incarnait un peu de l'esprit du début des années 1980.

Le jeudi 17 juillet 1986, c'est lui qui me donna l'antenne à l'occasion d'une occupation inédite du bureau du président de TéléDiffusion de France. (Voir l'article "En direct de TDF".)
Je me souviens également l'avoir remplacé à quelques reprises pour son émission culturelle, co-produite avec le centre Pompidou. À cette occasion, j'y reçus (entre autres) Pierre Schaeffer.

Je retrouve une photographie de lui, que j'avais prise probablement en novembre ou décembre 1983. Peut-être au Grand Palais, à l'occasion du Salon des artistes décorateurs (SAD83).

Gérard Lemaire en 1983.
Photo : Thierry Lefebvre.

mardi 21 mars 2017

En différé des P'tits Bateaux

"J'aimerais savoir, les gens qui travaillent à la radio, comment leur voix est transmise chez moi, à ma maison ?" : la question était de Célestine et il fallait y répondre en trois-quatre minutes.
La réponse, totalement improvisée, a été diffusée le dimanche 19 mars 2017 dans l'émission mythique de France Inter (bientôt 20 ans!): "Les P'tits Bateaux".
On peut la réécouter ICI.

J'ai en effet eu le plaisir de répondre à un certain nombre de questions de ce style le jeudi 16 mars, dans le sympathique studio 521 de la Maison de la Radio, en présence de Noëlle Bréham.

Mes explications - plus ou moins claires sans nul doute! - seront diffusées au cours des prochains mois...

Studio 521 de la Maison de la Radio.

samedi 18 mars 2017

Salon du Livre

À l'occasion du prochain Salon du Livre de Paris, Thierry Lefebvre et Cécile Raynal seront présents le dimanche 26 mars 2017 (après-midi) sur le stand des éditions Glyphe (T28). Ils y dédicaceront quelques-uns de leurs ouvrages:

- Les Solariums tournants du Dr Jean Saidman (2010) ;
- Les Métamorphoses de Tho-Radia (2013) ;
- Villes d'eaux d'Île-de-France (2016) ;
- Écoliers sous ultraviolets dans les Années folles (C. Raynal, 2013).

Renseignements sur le site des éditions Glyphe.



jeudi 9 février 2017

Débuts de la radiodiffusion

Ce jeudi 9 février 2017, l'émission de "La Méthode scientifique", sur France Culture, portait sur l'électromagnétisme et les débuts de la radiodiffusion. Tout n'a pas été dit, loin de là !

Présentation de l'émission sur le site de France Culture : "Comment fonctionnent les ondes radio? La radio est-elle l'aboutissement de la recherche électromagnétique? Comment est-on passé d'un usage militaire à un usage médiatique? Communications: la radio est-elle la matrice de toutes les innovations? Est-ce indispensable de rendre la radio numérique? [...] Pour vous conter cette histoire, nos deux narrateurs du jour sont Thierry Lefebvre, historien des sciences, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Diderot, et Alain Sibille, professeur à Télécom ParisTech."

À écouter et télécharger ICI.

lundi 6 février 2017

Un livre pour les 70 ans de la Chaîne Thermale du Soleil

Pour le 70e anniversaire de la Chaîne Thermale du Soleil, nous avons écrit, avec Cécile Raynal, un ouvrage sur l'histoire de cette société :
Thierry Lefebvre, Cécile Raynal, La Chaîne thermale du soleil: La saga d'une entreprise de famille aux sources de l'aventure (1947-2017).

Publié par les Éditions In8, ce beau livre richement illustré est désormais disponible en librairie, ainsi que dans les boutiques des vingt établissements thermaux de la Chaîne Thermale du Soleil.
Toutes les informations se trouvent ICI.

Avant-propos de Biche Barthélémy et Christine Guérard-Barthélémy.

L'ouvrage a été présenté dans L'Indépendant du 23 janvier 2017.

samedi 3 décembre 2016

Marianne de Fleury

J'apprends incidemment le décès, le 27 novembre 2016, de Marianne de Fleury, personnalité charismatique de la Cinémathèque française.
Je rencontrais pour la première fois cette femme étonnante il y a un peu moins d'une trentaine d'années, au gré de mes activités au sein du musée du cinéma Henri Langlois, ce "palais de mémoire" irremplacé qu'il m'arrive encore d'arpenter en songe aujourd'hui.

Elle s'attelait alors à un projet ambitieux, un bel ouvrage en trois tomes finalement édité en 1991 par la Cinémathèque française sous le titre Musée du cinéma Henri Langlois. À sa demande et à celle de Catherine Ficat, responsable à l'époque de la photothèque de la Cinémathèque française, j'effectuais de nombreuses recherches documentaires qui me valurent d'apparaître dans les crédits du livre, deux ans après mon implication effective dans le projet.

On peut le dire aujourd'hui, cet ouvrage devait beaucoup à Marianne de Fleury, qui en fut la maîtresse d'œuvre. Il est dommage que la jaquette de couverture ne lui ait pas rendu cette justice. Je sais qu'elle en fut blessée.


Par la suite, je la rencontrais de temps en temps, mais toujours avec le même plaisir teinté de gratitude et d'amusement. C'est par elle que j'appris la mort du regretté Bertrand Giujuzza, un de ses grands amis.

On peut la réentendre dans une émission de Michel Ciment datée de 2001, qui - coïncidence - vient d'être rediffusée dans les Nuits de France Culture: "De French Cancan à Autant en emporte le vent : Les plus belles robes du cinéma". On y reconnaîtra sa voix rieuse, reconnaissable entre toutes.

À vous revoir en souvenir, chère Marianne de Fleury !

mardi 22 novembre 2016

Histoire du thermalisme, toujours

Le numéro de 2016 de la Presse thermale et climatique vient de paraître. On y trouve les Actes de la journée d'étude de Châtel-Guyon, que j'avais eu le plaisir de coordonner le 10 mai 2016 avec le soutien de Pascale Jeambrun et du regretté Jean-Baptiste Chareyras, décédé il y a quelques semaines.

Au sommaire :

- T. Lefebvre (Université Paris Diderot) : "Un après-midi d'étude sur l'histoire du thermalisme" (p. 11);
- Carole Carribon (Université Bordeaux Montaigne), "La Presse thermale et climatique au XXe siècle, panorama historique d'une revue spécialisée" (p. 13-25);
- Pascale Jeambrun, Denis Hours, Jean-Baptiste Chareyras (Société française de médecine thermale), "La Presse thermale et climatique de 2000 à 2015" (p. 27-31);
- Cécile Raynal (Société d'histoire de la pharmacie), "Les relations entre le thermalisme et l'industrie pharmaceutique perçues à travers la Presse thermale et climatique (1858-2015)" (p. 33-44);
- Vincent Flauraud (Université Clermont Auvergne), "Écritures de voyage et localités thermales d'Auvergne dans les années 1820-1830" (p. 47-59);
- Fabienne Gélin (Fonds patrimoniaux de la bibliothèque Valery Larbaud), "Le Centre international de ressources sur le patrimoine thermal à Vichy: genèse et perspectives" (p. 61-69);
- Julien Knebusch (Université de Fribourg), "À la recherche d'une humanité supérieure. Henri Cazalis/Jean Lahor: médecin thermal et poète" (p. 71-81);
- Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot): "Une émission de la Radio scolaire sur le thermalisme en 1964" (p. 83-91);
- Fortunade Daviet-Noual (Université Paris IV-Sorbonne): "Maupassant romancier et curiste, notamment à Châtel-Guyon" (p. 93-98).

On peut se procurer ce numéro (comme celui de l'année 2015, qui contenait les Actes de la journée d'étude de Paris de décembre 2014) sur le site de la Société française de médecine thermale.

lundi 14 novembre 2016

Radios libres, 30 ans de FM : le livre !

Les 20 et 21 mai 2011, le Groupe de recherche et d'étude sur la radio (GRER) organisait un colloque pour les trente ans des radios libres à l'Université Paris Diderot.
Les Actes de cette rencontre particulièrement riche viennent de paraître dans la collection "Les médias en acte", co-pilotée par L'Harmattan et Ina Éditions.
Tout vient à point à qui sait attendre!

Voici la référence de l'ouvrage :
Thierry Lefebvre, Sébastien Poulain (dir.), Radios libres, 30 ans de FM. La parole libérée?, Paris, L'Harmattan/Ina Éditions, 2016, 286 p.
Les commandes se font ICI.


Merci aux auteurs : Frédéric Antoine, Foued Berahou, Isabelle Cadière, Jean-Jacques Cheval, Étienne Damome, Raffaelo Ares Doro, Jacques Durand, Ingrid Haye, Thierry Lefebvre, Peter Lewis, Marcello Lorrai, Sébastien Poulain, Carmen Peñafiel, Pascal Ricaud et Guy Starkey.

L'actualité de cet ouvrage est à suivre sur le blog :
https://lesradioslibres.wordpress.com/

samedi 12 novembre 2016

Hommage à Alain Decaux

Vendredi 11 novembre 2016, le festival du film de Compiègne a rendu hommage à Alain Decaux, en présence de Micheline Pelletier-Decaux, de l'historien Marc Ferro, invité d'honneur du festival, et de Béatrice de Pastre, qui avait encadré le choix des extraits d'émissions diffusés.

Quatre interventions se succédèrent :
- "La Tribune de l'Histoire", par Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot);
- "La Caméra explore l'Histoire", par Laurent Véray (Université Sorbonne Nouvelle);
- "La Caméra explore l'avenir", par Guillaume Soulez (Université Sorbonne Nouvelle);
- "Les Voyageurs de l'Histoire", par Sébastien Layerle (Université Sorbonne Nouvelle).



L'après-midi, nous nous retrouvâmes dans la clairière de l'Armistice de Rethondes pour une belle cérémonie ensoleillée. Marc Ferro, décidément inépuisable, y fit une intervention très remarquée.

mercredi 19 octobre 2016

La radio en 1986

Comme en 2014 (L'Année radiophonique 1984) et 2015 (L'Année radiophonique 1985), j'ai eu le plaisir de coordonner un nouveau numéro des Cahiers d'histoire de la radiodiffusion (numéro 129, juillet-septembre 2016) consacré cette fois-ci à "L'Année radiophonique 1986".


Au sommaire:
Thierry Lefebvre: "Présentation";
Philippe Manach: "1986, l'aube de la syndication pour les programmes locaux de Radio France" ;
Jean-Noël Jeanneney: "Je suis parti l'esprit serein" (entretien avec Philippe Manach);
Marine Beccarelli: "Les auditeurs et le retour de l'émission “Allô Macha” en 1986";
Thierry Lefebvre: "En direct de Télédiffusion de France";
Françoise d'Eaubonne: "Radio Mouvance, c'était la liberté de l'idée et de l'expression" (entretien avec Thierry Lefebvre);
Thierry Lefebvre: "1986 : le retour de Carbone 14";
Sébastien Poulain: "La “55 000” ou l'avènement de la radiométrie moderne";
Jean-Noël Jeanneney: "Préface à l'inventaire de mes archives de Radio France et RFI";
Thierry Lefebvre: "1986 : essai de chronologie radiophonique".
Le dossier est complété par une partie magazine coordonnée par Jocelyne Tournet-Lammer.

Comme on peut le constater, ce numéro "millésime", comme les précédents, est composé d'une série de gros plans impressionnistes sur des événements considérés, à tort ou à raison, comme significatifs: la syndication des programmes locaux de Radio France, la relance de l'émission culte de Macha Béranger, la reprise éphémère des émissions de Carbone 14, la sixième et dernière saisie de Radio Mouvance, ou encore la naissance de l'enquête "55.000" de Médiamétrie.
Deux entretiens complètent cet ensemble. L'un avec Jean-Noël Jeanneney, qui précise les conditions de son départ de la présidence de Radio France/RFI à la fin 1986 et en pointe les responsabilités. L'autre, réalisé en 2002 avec la regrettée Françoise d'Eaubonne, auteure (entre autres) de Comme un vol de gerfauts (1947) et du Féminisme ou la mort (1974): elle y évoque son expérience de "radioteuse" au service d'une des radios locales privées les plus controversées des années quatre-vingt : Radio Mouvance.

À noter qu'un de mes articles - "En direct de Télédiffusion de France"- raconte l'occupation pacifique du bureau de Claude Contamine, alors président de Télédiffusion de France (TDF), le 17 juillet 1986. Ce moment d'anthologie est retracé à l'aide d'un document audio miraculeusement conservé, de documents d'archive et... de mes propres souvenirs (puisque je m'y trouvais!). On y constatera, entre autres, que le Minitel a préfiguré Twitter et Periscope.
L'article est en accès libre sur le blog du GRER: Radiography.

Pour se procurer ce numéro, voici le contact: http://cohira.fr/